La Lozère veut attirer les jeunes praticiens

29/03/2012

Le conseil général de la Lozère lance un ambitieux dispositif d’incitation à l’installation dans son territoire des étudiants en chirurgie dentaire de 5e et 6e année.

« Venez en Lozère… prendre vos plus beaux panoramiques ! ». Telle est l’invitation que le conseil général de Lozère adresse aux étudiants en chirurgie dentaire de 5e et 6e année. Concrètement, des aides financières spécifiques sous forme de bourses seront attribuées à ceux qui décident de s’installer pour un temps donné dans le département. Avec 36 praticiens en exercice (48 chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants) et une moyenne d’âge de 52 ans, la Lozère est un territoire rural particulièrement exposé à la sous-médicalisation… C’est pourquoi cet accompagnement financier a été lancé. En pratique, deux types de bourses sont proposés : une bourse d’engagement et une bourse pour le stage. D’un montant de 700 euros par mois, la bourse d’engagement est versée pendant deux ans (5e et 6e année d’études). En contrepartie, l’étudiant s’engage, dès l’obtention du diplôme, à exercer son activité de chirurgien-dentiste dans le département pendant une période minimale de cinq ans (sous peine de remboursement total ou partiel). Il bénéficie aussi d’exonérations d’impôts et de taxes au cours de ses premières années d’exercice.
La bourse de stage est attribuée si l’étudiant en chirurgie dentaire de 5e année effectue son stage actif chez un praticien en Lozère. Cette aide financière s’élève à 400 euros par mois et est complétée par le remboursement des frais de déplacement entre la faculté dont dépend l’étudiant et son lieu de stage.
Les étudiants concernés au premier chef sont évidemment ceux qui sont inscrits dans les facultés de chirurgie dentaire les plus proches, à savoir Clermont-Ferrand et Montpellier. Mais pas seulement : le conseil général a ainsi informé l’ensemble des facultés de chirurgie dentaire françaises de son opération. Pour convaincre les professionnels de santé, la Lozère joue la carte verte, avec « un riche patrimoine naturel », « un environnement et des paysages préservés (Cévennes, plateau de l’Aubrac, gorges du Tarn) », tout en tablant sur une « offre culturelle et associative diversifiée » et surtout « une qualité du relationnel humain exceptionnelle »…
Elle se positionne principalement sur une proposition financière concrète qui, à n’en pas douter, devrait donner de bonnes idées à certains jeunes confrères… et à d’autres collectivités territoriales.