Enquête sur huit ans d’antennes délocalisées des facs d’odontologie

06/11/2017

[6 novembre 2017]

Sauf coup de théâtre très improbable de dernière minute, le 11 novembre prochain, le diplôme français d’études spécialisées en chirurgie orale (Desco) sera reconnu au niveau de l’Union européenne. Les diplômés du Desco entrent ainsi dans le système de reconnaissance automatique des diplômes en Europe et auront la possibilité d’exercer leur spécialité en chirurgie orale dans les 20 autres pays de l’Union européenne qui la reconnaissent.

C’est une grande victoire pour le Conseil national de l’Ordre, qui porte ce dossier depuis des années. Et c’est une satisfaction personnelle pour son président actuel, Gilbert Bouteille, qui avait fait de ce combat pour la reconnaissance européenne du Desco l’une des priorités de son mandat. Techniquement, la France figure désormais à l’annexe 5 de la directive 2005/36/CE (très exactement dans son point  5.3.3) établissant la liste de tous les pays de l’UE reconnaissant la spécialité de chirurgie buccale. Tous les « grands » pays de l’UE figuraient dans cette annexe, sauf la France. C’en est donc fini de cette singularité qui excluait  les titulaires du Desco du système de reconnaissance automatique de leur spécialité dans l’UE. Naturellement, cette reconnaissance s’applique aussi dans l’autre sens : les spécialistes en chirurgie buccale des 20 autres pays reconnaissant cette discipline pourront automatiquement l’exercer en France sans passer par une commission de qualification ad hoc.