Vers une réduction de l’amalgame dentaire

17/05/2018

[28 mars 2018]

À l’issue de travaux lancés voilà deux ans et impliquant tous les conseils ordinaux de France, un plan d’action a été décidé dans quatre grands domaines. Les mesures adoptées seront toutes déployées d’ici à la fin 2020. L’objectif consiste à accompagner les chirurgiens-dentistes et à développer l’accès aux soins bucco-dentaires pour tous.

Élaborer un plan d’action pour les années à venir et répondre aux attentes exposées au cours des assises ordinales de juin 2017. Tel était le double objectif du séminaire conduit par le Conseil national de l’Ordre en décembre 2017. De quoi s’agissait-il ? En juin dernier, 230 conseillers ordinaux (départementaux, régionaux et nationaux) se sont réunis pour deux jours de travail et de réflexion autour de grandes thématiques. Le but ? Fédérer les énergies, tant pour répondre au rendez-vous de la modernité et des préoccupations des chirurgiens-dentistes que pour garantir une santé bucco-dentaire de qualité au service de la population.

À l’issue de ces assises, de nombreuses propositions ont été émises par les conseillers ordinaux. Afin de prolonger le travail accompli et mettre en musique les propositions avancées, les conseillers nationaux se sont rassemblés en décembre dernier lors d’un séminaire. Il s’agit d’un travail important mobilisant tous les échelons de l’institution ordinale. Voici ci-dessous les principales actions qui vont être portées pendant les prochaines années par le Conseil national de l’Ordre.

Elles ont été regroupées au sein des quatre thématiques suivantes :

1. La réforme de l’ordre

2. L’ordre en phase avec son temps

3. La formation

4. L’exercice professionnel et la démographie


1. LA REFORME DE L’ORDRE

Des relations institutionnelles à tous les échelons

C’est un enjeu fondamental, et ce quel que soit l’échelon ordinal considéré. Il s’agit de développer une stratégie globale de communication adoptée aussi bien par le Conseil national que par les conseils régionaux et départementaux. Rappelons que le Conseil national de l’Ordre conduit des actions auprès des instances européennes et, en France, des ministères mais aussi, plus largement, d’organismes publics ou paritaires (Cnamts). Chaque conseil départemental devrait pouvoir entrer dans cette logique de communication auprès des élus locaux (sénateurs, conseillers départementaux, députés). Concrètement, en juin 2018, le Conseil national nommera un conseiller en charge des relations institutionnelles. L’une de ses missions consistera à lancer ce chantier en synergie avec les conseils départementaux et régionaux.

Approfondir la formation des conseillers et des greffiers

La formation des conseillers départementaux et régionaux ainsi que des assesseurs des chambres disciplinaires de première instance sera renforcée. Concrètement, des cycles réguliers et plus fréquents de formation seront organisés. En pratique, deux ou trois modules de formation seront dispensés chaque année dans les conseils régionaux.

Développer le lien entre l’Ordre et les étudiants

C’est un axe fort de cette réforme interne de l’Ordre : engager une dynamique auprès des étudiants pour mieux les accompagner lorsqu’ils seront jeunes diplômés. Davantage d’interventions ordinales au sein des facultés seront prévues, avec notamment la création de cours obligatoires sur la déontologie et les règles professionnelles. L’idée d’intégrer une adresse mail pour chaque étudiant est sur la table. Il s’agirait, entre autres, d’abonner les étudiants à La Lettre de l’Ordre en version numérique, mais aussi de mieux les informer sur leur installation. Charge à l’Ordre et à l’Université de travailler en partenariat.


2. L’ORDRE EN FACE AVEC SON TEMPS

La relation avec les médias

C’est l’un des enjeux clés qui a fait l’objet de nombreuses discussions lors des assises de l’Ordre. Prenant acte de la technicité de plus en plus poussée des dossiers souvent polémiques qui surgissent dans les médias, il s’agit donc non seulement de former un porte-parole général, mais aussi des porte-parole spécifiques selon les dossiers abordés. Améliorer la communication avec les praticiens À terme, La Lettre (le bulletin d’information de l’Ordre) sera systématiquement adressée de façon dématérialisée à l’ensemble des praticiens. De la même manière, le principe d’une newsletter transmise aux chirurgiens-dentistes par courrier électronique a été acté. Sera également mise en place une fonctionnalité permettant de s’abonner au flux RSS du site Web du Conseil national de l’Ordre. L’objectif : donner la possibilité aux praticiens d’être automatiquement alertés sur les dernières actualités publiées par l’Ordre. Il s’agit aussi de communiquer régulièrement sur l’intérêt, pour les praticiens, de créer et d’utiliser la messagerie sécurisée Mailiz.

Par ailleurs, le Conseil national lancera prochainement une action de communication via La Lettre pour informer la profession sur les opportunités de la télémédecine dans le secteur dentaire. L’institution ordinale compte ainsi mieux accompagner les praticiens dans les nouvelles voies ouvertes par l’e-santé. Un chantier majeur pour l’Ordre. Enfin sera engagée une refonte de la charte ordinale à destination des praticiens, notamment dans son volet portant sur les sites Web (sites des praticiens, réseaux sociaux, annuaires, sites de prise de rendez-vous, etc.).

Améliorer la communication avec les structures de l’Ordre

Le Conseil national de l’Ordre s’attache à communiquer davantage sur son organisation administrative avec les conseils régionaux et départementaux. Il développe, par ailleurs, des outils informatiques afin d’améliorer la fluidité de transfert des informations entre les différents échelons de l’Ordre.

 

3. FORMATION

Inscription au tableau et contrôle de la langue

Lors de l’habituel entretien nécessaire à toute inscription prévu par le Code de la santé publique, le conseil départemental de l’Ordre peut se rendre compte de l’insuffisante connaissance de la langue du candidat. Dans ce cas, il a la possibilité de mettre en place un jeu de rôle désigné par la formule « procédure de face à face ». Pourraient ainsi être intégrés un test de langue française incluant la compréhension d’un article technique, un questionnaire à choix multiples (QCM), une synthèse de texte et l’explication en français d’un plan de traitement avec sa reformulation.

Améliorer la formation continue des praticiens

Comment inciter davantage les praticiens à s’engager dans une démarche de formation continue ? Pour ce faire, le Conseil national de l’Ordre va mettre en place un portail dédié à la formation continue sur son site Internet. Le Conseil national professionnel (CNP) des chirurgiens-dentistes – dont l’objectif est de parvenir à une formation continue et à une évaluation des pratiques axées sur les besoins réels des confrères – aura en charge de déployer une formation continue comprenant le développement professionnel continu (DPC), mais aussi des formations supplémentaires dispensées en toute indépendance.

Quelle réévaluation et pour qui ?

L’Ordre des médecins ainsi que d’autres Ordres de santé s’intéressent à la possibilité d’une réévaluation des praticiens étrangers tous les cinq ou sept ans. Il s’agit d’une piste intéressante à explorer. Du reste, l’Ordre devra entendre les avis de tous les acteurs concernés. La commission de l’enseignement et des titres du Conseil national va s’engager sur ce dossier dès le printemps 2018.

 

4. EXERCICE PROFESSIONNEL ET DEMOGRAPHIE

Rendre plus compréhensible aux patients l’exercice exclusif

Ce sujet sensible suscite de nombreux débats, et la question n’est toujours pas tranchée. Il n’en reste pas moins que l’institution ordinale est consciente de la nécessité d’améliorer l’information aux patients. Cette question fera l’objet de travaux d’un groupe de travail ad hoc qui rendra ses conclusions au plus vite. Assouplir les règles de l’exercice Les conseillers ordinaux sont unanimes : il faut assouplir les règles du remplacement et des collaborations. Des réunions de travail de la commission des contrats sont d’ores et déjà programmées pour avancer sur ce chantier visant à faciliter l’exercice.

Homogénéiser le maillage sur le territoire

L’Ordre doit continuer à valoriser les mesures incitatives existantes afin d’ancrer les jeunes praticiens dans des bassins de vie sous-dotés. Un tutorat pour les praticiens européens Sans remettre en cause la reconnaissance automatique des diplômes, il convient de réfléchir à la mise en place d’un système de compagnonnage et/ou de tutorat en faveur des chirurgiens-dentistes à diplôme étranger. Il serait ainsi intéressant de faciliter la collaboration avec des praticiens déjà installés. L’idée d’une inscription provisoire de six mois pour tous les primo inscrits est posée sur la table. Au terme de cette période, le praticien pourrait être inscrit automatiquement s’il n’a rencontré aucune difficulté dans son exercice. Ce système permettrait à l’Ordre de vérifier l’acquisition du niveau d’études nécessaire pour exercer en libéral.

Une formation de niveau 2 pour les assistants dentaires

Il est essentiel de militer pour obtenir les moyens nécessaires à l’exercice d’un assistant dentaire dans chaque cabinet de France. Il faut également développer les capacités des assistants dentaires de sorte qu’ils puissent réaliser certains actes sous le contrôle du praticien.

Enfin, d’autres grands thèmes relatifs au fonctionnement interne de l’Ordre ont bien entendu été traités par les conseillers nationaux réunis en séminaire en décembre dernier. De nombreux débats ont ainsi porté sur la réforme de l’Ordre dans le but d’appliquer les dispositions prévues par la loi Touraine de janvier 2016. Il s’agit, par exemple, d’instaurer la parité au sein des membres des conseils de l’Ordre (départementaux, régionaux, national) dans le cadre des prochaines élections. La possibilité de voter par voie électronique pour les élections des conseils départementaux de 2019 constitue par ailleurs un système intéressant à interroger. En outre, afin de rendre plus visible l’information par les conseils départementaux, régionaux et interrégionaux, le Conseil national mettra prochainement en place un nouveau site Internet proposant un accès simplifié aux thématiques ordinales.