À Paris, un prothésiste écope de 18 mois de prison

25/05/2018

[25 mai 2018]

Parmi les 25 mesures du volet « Prévention » de la Stratégie nationale de santé, deux séries de dispositions adaptées aux personnes en situation de handicap ou résidant en Ehpad concernent le secteur dentaire.

Assistons-nous à un changement de paradigme dans le domaine de la santé pour glisser du curatif vers le préventif ? Nous n’en sommes pas encore là, mais c’est le sens du plan « Priorité Prévention » du gouvernement que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a présenté en mars dernier. Au total, sur les 25 mesures proposées, deux s’appliquent directement au secteur dentaire et visent deux publics spécifiques : les personnes en situation de handicap et résidant en Ehpad.

La première mesure vise à mieux prendre en compte les besoins de santé des personnes en situation de handicap accompagnées par des établissements et services médicosociaux, dont les services à domicile. Elle se décline en quatre points :

• Réaliser, au moins une fois par an, un bilan de santé afin de repérer les besoins de soins courants et donc bucco-dentaires, de dépister les facteurs de risques et de réaliser des actions de prévention et de promotion de la santé (alimentation, sédentarité, vaccinations, dépistages organisés, santé sexuelle, etc.)

• Mieux prendre en compte la complexité de la prise en charge médicale des patients en situation de handicap dans les tarifs des professionnels et établissements de santé.

• Informer les patients sur l’accessibilité du cabinet du professionnel de santé en enrichissant de cette donnée l’outil Ameli.fr et augmenter le nombre de lieux de soins adaptés à la prise en charge des personnes en situation de handicap, notamment les consultations dédiées.

• Développer une téléconsultation de repérage et de dépistage (prédiagnostic) auprès des personnes en situation de handicap ou dépendantes en établissement.

Les secondes dispositions concernent l’organisation des soins pour les personnes résidant en Ehpad. Trois principes sont avancés :

• Former le personnel soignant d’Ehpad à assurer l’hygiène buccodentaire par la toilette quotidienne, les soins des prothèses, etc.

• Organiser des consultations de dépistage et systématiser le bilan bucco-dentaire d’entrée en Ehpad en mobilisant les professionnels de santé concernés, les ARS et les Ehpad (directeurs, médecins et infirmiers coordinateurs) tout en s’appuyant sur la téléconsultation, voire la télé-expertise.

• Intégrer systématiquement la santé bucco-dentaire dans les projets d’établissement, les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) ainsi que dans les évaluations internes et externes.