Manifeste pour la défense de la formation continue
Imprimer

[13 janvier 2015]

Nous, Chirurgiens-Dentistes

Associations scientifiques, Ordre National, Syndicats, Hospitalo-Universitaires et Praticiens Hospitaliers représentant la Médecine Bucco-Dentaire,  faisons part de notre réelle inquiétude devant la situation critique de la Formation Continue de notre profession

  • Nous affirmons notre volonté de promouvoir et de participer activement à l’organisation d’une Formation Continue adaptée à la santé, à la sécurité des patients et à la qualité des soins, aux besoins de la médecine bucco-dentaire et aux objectifs de santé publique.
  • Nous considérons la Formation Continue comme un « continuum » obligatoire et essentiel à la formation et à la compétence des praticiens tout au long de leur exercice.
  • Nous reconnaissons comme légitime et obligatoire dans nos parcours de formation la place du Développement Professionnel Continu (thème et méthodologie).
  • Nous manifestons notre intérêt pour les méthodologies d’évaluation des pratiques préconisées par la Haute Autorité de Santé dans le cadre du DPC.
  • Nous voulons continuer à promouvoir l’inter-professionnalité et les actions transversales de formation.

Cependant

  • Nous constatons que la mise en place d’un DPC générique à toutes les Professions de Santé se révèle un échec du fait de son architecture  administrative  complexe, de sa dotation financière représentant 20% seulement du budget nécessaire, et d’une gestion pratique déconcertante.
  • Nous constatons que le système n’est ni crédible, ni légitime aux yeux de la profession. L’irruption du DPC et la déstabilisation des organisations de FC gérées par la profession ont été mal acceptées. Il provoque une confusion aboutissant au délaissement  global de la FC et à la mise en péril de notre FC autonome largement implantée dans toutes nos régions.
  • Nous constatons que le périmètre de notre FC déborde très largement les orientations nationales annuelles choisies par le ministère constituant les seules obligations légales de FC.
  • Enfin, l’annonce dans les réformes souhaitées du système d’une limitation des orientations nationales tant en champ qu’en volume risque encore de restreindre l’application d’un  DPC générique à la Médecine Bucco-Dentaire.

En conséquence :

Voulant doter notre profession d’une Formation Continue adaptée et de qualité :

  • Nous souhaitons une redéfinition pour tout chirurgien-dentiste du parcours minimal consacré à la FC (durée et modules) pour une périodicité  à convenir.
  • Nous souhaitons également que soit mise en place une Haute Autorité de Formation Odontologique Continue chargée de définir les objectifs de formation (intégrant l’obligation DPC), les modalités de reconnaissance des Organismes de Formation et de validation des parcours de formation.
  • A défaut, nous  demandons à ce que figure de manière explicite dans l’article 59 de la Loi HPST du 21 juillet 2009 traitant  de l’obligation annuelle de FC, une mention détaillant clairement que l’obligation légale de DPC ne saurait être considérée comme suffisante par rapport aux exigences de compétence et de sécurité dues à la population.
  • Nous sollicitons, de manière urgente, des entretiens avec les pouvoirs publics (Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et du Droit des femmes,  HAS, UNCAM et OGDPC) pour débattre de ces problématiques et mettre en place les solutions « ad hoc » définies conjointement.