Toutes les informations pratiques

Vous cherchez un chirurgien-dentiste dans votre ville ? Vous avez un litige avec votre praticien ? Obtenez toutes les informations pratiques pour un accès à des soins bucco-dentaires de qualité et de proximité.

Outils, actualités et informations professionnelles

Vous êtes chirurgien-dentiste ? Retrouvez les informations professionnelles, l'actualité dentaire mais aussi tous nos services (petites annonces, formulaires, contrats, etc.) pour une pratique fiable, sécurisée et dans le respect de la déontologie.

La Lettre de l'Ordre
Imprimer

La Lettre n° 166 Avril 2018 : Urgence

Gilbert Bouteille, Président du conseil national de l'Ordre

Les résultats de l’étude sur le burn out lancée par le Conseil national avec la collaboration de l’Académie nationale de chirurgie dentaire (ANCD) ont véritablement de quoi inquiéter. Au total, 2 378 praticiens se déclarent en situation d’épuisement professionnel sur les près de 6 800 qui ont répondu à cette enquête. Rapportés aux 40 000 praticiens en exercice, ces 2 378 praticiens en situation de burn out représentent presque 6 % de la population de chirurgiens-dentistes exerçant en France ! Même si ce pourcentage est une simple extrapolation, il donne la mesure de l’ampleur du phénomène. Derrière ce nombre affolant de 2 378 praticiens, ce sont autant de situations de détresse qui franchissent désormais à grand bruit les murs des cabinets dentaires. Là même où, à bas bruit, se vivent au quotidien des situations de perte d’accomplissement professionnel, de dépersonnalisation des relations avec les patients ou, pire encore, de pensées suicidaires. Certes, ni le Conseil national ni les autres instances de la profession ne découvrent ce phénomène.

À cet égard, lorsque la décision a été prise de lancer cette étude, nous nous attendions à des résultats significatifs. Mais certainement pas à ce niveau. Face à ce séisme, le Conseil national a décidé de proposer une première réponse d’urgence afin de venir en aide aux praticiens en détresse. Il s’agit d’intégrer notre profession à une plateforme téléphonique commune à toutes les professions de santé à destination des praticiens qui lâchent prise. D’autres solutions de fond devront émerger pour répondre aux facteurs de stress qui sont aujourd’hui parfaitement bien identifiés. Il y a urgence.