Toutes les informations pratiques

Vous cherchez un chirurgien-dentiste dans votre ville ? Vous avez un litige avec votre praticien ? Obtenez toutes les informations pratiques pour un accès à des soins bucco-dentaires de qualité et de proximité.

Outils, actualités et informations professionnelles

Vous êtes chirurgien-dentiste ? Retrouvez les informations professionnelles, l'actualité dentaire mais aussi tous nos services (petites annonces, formulaires, contrats, etc.) pour une pratique fiable, sécurisée et dans le respect de la déontologie.

La Lettre de l'Ordre
Imprimer

La Lettre n° 159 Juillet-Août 2017 : Nos responsabilités

Gilbert Bouteille, Président du conseil national de l'Ordre

À l’issue d’une séquence qui aura duré près d’un an si l’on tient compte des primaires, une nouvelle législature se met en place. On a presque envie d’écrire « enfin ! » tant cette succession de rendez-vous électoraux s’est déroulée dans un contexte tendu au cours duquel, pour notre profession, un règlement arbitral supposé s’appliquer dès janvier prochain s’est imposé. Le Conseil national a déjà formulé ici ses craintes sur un plafonnement dégressif et immédiat de certains actes au regard d’une réévaluation insuffisante des soins de prévention et conservateurs. Il s’inquiète aussi d’une probable impossibilité d’innover et de dispenser des soins éclairés et conformes aux données acquises de la science. Si ce dossier est essentiel, il n’empêche pas le Conseil national de faire avancer ses autres chantiers.

C’est ce que nous avons fait récemment à l’occasion d’une réunion de travail approfondi à la Direction générale de l’organisation des soins (DGOS). Au moment où s’ouvre cette nouvelle législature, il nous a semblé important de dresser dans ce numéro de La Lettre un état des dossiers importants que l’Ordre veut pousser en avant.

Il en est ainsi de l’accès partiel, qui permettrait par exemple à un denturologue d’un pays de l’Union européenne d’exercer une partie de notre pratique en France. Les Ordres européens, et le nôtre en particulier, ne se sont pas battus naguère pour faire reconnaître la singularité des professions médicales, et être ainsi exclus de la directive Services, pour quelques années plus tard connaître un retour en arrière funeste ! Notre propos sur ce dossier comme sur tous les autres consiste, en tant que régulateur d’une profession médicale, à assumer nos responsabilités en matière de garanties de sécurité et de qualité des soins.

Tous les chantiers du Conseil national, dont on trouvera le détail dans ce numéro, sont abordés à cette seule aune.